Batinfo Batidoc
 
CSTB Formations - Référent BIM

Feu vert de l'Assemblée nationale au nouveau statut de l'Afpa

L'Assemblée nationale a donné jeudi son feu vert au changement de statut de l'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa), afin d'assurer la pérennité de cette structure dont la situation financière reste "fragile", ont souligné les députés.

Par Batinfo source : AFP

Le texte adopté, qui sera transmis au Sénat, permet de ratifier l'ordonnance du 10 novembre 2016 portant création au sein du service public de l'emploi de l'établissement public (Epic) chargé de la formation professionnelle des adultes. Elle est entrée en vigueur au 1er janvier.

Le changement de statut de l'Afpa, décidé en 2015, avait été approuvé en décembre par le Conseil d'administration du leader de la formation professionnelle, créé en 1949. L'organisme avait frôlé la cessation de paiement en 2012, étant touché de plein fouet par l'ouverture du marché de la formation à la concurrence en 2009.

L'Afpa forme chaque année quelque 150.000 personnes, dont 100.000 demandeurs d'emploi et 50.000 salariés.

La secrétaire d'Etat à la Formation professionnelle, Clotilde Valter, a mis en avant dans l'hémicycle la "nécessité d'une évolution en profondeur" du statut de l'Afpa, pour des raisons "à la fois juridiques et économiques".

Elle a défendu un "formidable outil" permettant aux "personnes éloignées de la formation et de l'emploi de retrouver un parcours professionnel", et dit la confiance du gouvernement "dans la solidité du modèle qui a été construit" et dans "les personnels" de l'Afpa, qui bénéficiera de 110 millions d'euros de financements de l'Etat pour 2017.

Si le texte a obtenu le soutien de tous les groupes, les députés ont formulé des inquiétudes sur la situation financière de l'Afpa, qui reste "extrêmement fragile", selon le rapporteur, Jean-Patrick Gille (PS), pour qui toutefois "les fondements du redressement de l'Afpa sont désormais posés".

Jean-Louis Costes (LR) s'est ainsi soucié "de l'avenir de l'agence", tandis que Sonia Lagarde (UDI) a aussi formulé des "craintes" sur une situation économique qui "reste fragile", et dit sa vigilance pour les personnels alors que "le plan d'économies engagé il y a quatre ans devrait se poursuivre en 2017 et 2018", la direction ayant évoqué "300 départs par an sur un effectif de 8.000 personnes".

Au nom du Front de gauche, Jacqueline Fraysse s'est préoccupée notamment de "la pérennité financière qui reste posée" et de "la situation sociale et le devenir des personnels", alors que "les syndicats s'inquiètent pour l'activité et dénoncent régulièrement la souffrance au travail née de la désorganisation généralisée et de l'insuffisance des effectifs".

#Parlement #Assemblée #Social #Emploi #Formation #Entreprises
440 vues
Batinfo Batidoc